Notes


Retour à la page principale
Guichard, "Robert" François Charles
Lieutenant au 8ème de dragons. Propriétaire de La Pommeraie, à Pont-sur-Yonne (89).

Retour à la page principale
Guichard, Victor député de l'Yonne
Député de la circonscription de Sens.
La mortalité des appelés français Outre-Mer explique en partie la proposition de loi du député Victor Guichard, qui envisage le 5 février 1881 la création d'une armée coloniale, ce qui sera réalisé le 5 juillet 1900.
Licencié en Droit (1823), acquéreur de la ferme de TouchebÅuf en 1825, maire de Soucy et conseiller dâarrondissement de 1839 à 1848, franc-maçon de la loge de la Concorde en 1840. Il sâempare de la mairie de Sens après les émeutes révolutionnaires de Paris, et devient maire de la ville en 1848. Député de lâYonne en 1871 à 1884. Doyen des députés en 1884. Auteur de La propriété sous la Monarchie , ce quâon laisse perdre à lâagriculture , Lâinstruction en France , La liberté de penser, fin du pouvoir spirituel . Acquéreur de la ferme de la Pommeraie en 1864. Il décède le 11 novembre 1884 à lâAssemblée nationale.

Retour à la page principale
Détroyat, Robert
Son nom a été donné à une corvette en 1942, puis à un aviso en 1977.

Retour à la page principale
Guichard, "Victor" Jules Camille
Acquéreur dâune propriété en Argentine à Guanaco (province de Salta). Rentre en France en 1924, puis à la Pommeraie en 1938.

Retour à la page principale
Guichard, Hubert
Fermier de la Pommeraie de 1942 à 1958. Il est le premier cultivateur du nord de la Loire à planter du maïs sur ses terres.

Retour à la page principale
Guichard, "Guillaume" Louis Marie César député de l'Yonne
Officier de marine, puis membre de l'Assemblée des Cinq-Cents (13/04/1799), réélu en 1800. Receveur général du département de l'Yonne (30/05/1805 à sa mort). C'était un ami de Bourrienne, secrétaire de Napoléon Bonaparte.

Retour à la page principale
Dubochet, Jacques-Julien
Académie de Lausanne en 1814, brevet d'avocat à Paris. D. participa à la création du journal d'opposition d'Adolphe Thiers, Le National. En 1830 il s'associa avec le libraire Alexandre Paulin et devint éditeur (Histoire de Napoléon, illustrée par Horace Vernet, les dix-sept volumes illustrés de La Comédie humaine de Balzac et diverses Åuvres de son cousin Rodolphe Töpffer). S'inspirant de l'Illustrated London News, D. lança en 1843 L'Illustration. Journal universel, qui révolutionna la presse française. Après 1848, il quitta l'édition et rejoignit, comme secrétaire général, son oncle Emmanuel-Vincent à la Compagnie parisienne du gaz; il fut souvent son hôte au château des Crêtes. Actif dans l'Eglise réformée de France.
Naturalisé français en 1848 (préfecture de la Seine).

Retour à la page principale
Gay, Jean-Louis
Etudes à l'école moyenne de Lausanne (1841). G. donne des cours libres à l'académie de Lausanne (1844-1845). Après un séjour d'un an à Paris, il est nommé en 1847 professeur ordinaire de mathématiques à l'académie (recteur 1858-1861). Un des cinq fondateurs en 1853 et président de l'école spéciale pour les travaux publics et les constructions civiles, devenue faculté technique de l'académie de Lausanne en 1869, dont il sera aussi directeur. Réalisa les études préliminaires pour le chemin de fer Lausanne-Ouchy (funiculaire).

Retour à la page principale
Veillon, "Frédéric"-Joseph-Jules
Propriétaire foncier à Aigle, V. est capitaine des troupes cantonales (1832), major (1833) et colonel (1845). Colonel fédéral en 1847, il entre la même année à l'état-major général. Commandant de brigade pendant la guerre du Sonderbund (1847), commandant de la division 2 (1856), il quitte l'état-major général (1861). Bien qu'il n'ait pas joué le même rôle politique que son frère, il participe à la Révolution radicale de 1845 en prenant la tête de la colonne venue d'Aigle pour prêter main forte aux révolutionnaires de la capitale vaudoise. Il commande l'une des divisions mises sur pied lors de la mobilisation provoquée par l'affaire de Neuchâtel (1856-1857).

Retour à la page principale
Blanc, Claudine-Françoise
Selon http://www.ancetres.ch/cvg02/cvg025/1803/1803a.html, un Samuel-Louis Blanc (1744-1814) a été député de Suisse en 1803. Est-ce un parent ?

Retour à la page principale
Montaignac de Chauvance (de), Louise-Félicité Supérieure Générale de Oblates
religieuse le 8 septembre 1843. A la mort de sa tante en 1845, Louise Thérèse serait entrée au Carmel si Monseigneur Gaume, son directeur spirituel, n'avait pas discerné l'originalité de sa mission :
héritière de l'intuition de Madame de Raffin, sa tante, elle devait en assurer la réalisation. En février 1848, Louise Thérèse se fixe à Montluçon et commence un actif apostolat, tout en s'efforçant
de mettre en oeuvre "l'Association des femmes chrétiennes" voulue par sa tante. En décembre 1875, Louise Thérèse est nommée Secrétaire Générale de l'Apostolat de la Prière.
Peu à peu naissent les premières communautés d'oblates religieuses vivant en "Maisons", centres d'action et foyers destinés par priorité au ressourcement des oblates séculières
et prenant en charge une ou plusieurs oeuvres locales. La première maison fut ouverte à Paray le Monial en 1878.
En 1880, Louise Thérèse est élue Supérieure Générale, et le 4 octobre 1881, la mission confiée à sa famille spirituelle est reconnue par le Pape Léon XIII dans un décret d'approbation.
Le 4 novembre 1990 se sont déroulées à Rome en présence de 600 membres de la famille et de nombreuses personnalités ecclésiastiques, les cérémonies de béatification de la vénérable Louise Thérèse
de MONTAIGNAC de CHAUVANCE (14.5.1820 + en odeur de sainteté le 27.6.1885). Le même jour, 70 familles ou foyers de la descendance de ses frères étaient conviés à participer à une messe à la cathédrale Saint-Louis de Versailles.

Retour à la page principale
Montaignac de Chauvance (de), Louis Raymond sénateur de l'Allier
Se distingue le 17 octobre 1854 à l'attaque de Sébastopol puis à Kinburn. Participe en 1870 à la défense de Paris et commande les secteurs d'Auteuil et de Vaugirard.
Devenu ministre de la Marine et des Colonies (1874 à 1876), il favorise l'organisation de la première mission d'exploration de l'Afrique équatoriale par Savorgnan de Brazza dont il avait connu la famille à Rome en 1865.
Créateur de la Banque de l'Indochine, nommé sénateur inamovible en 1875. Grand-officier de la Légion d'honneur.

Retour à la page principale
Bouchacourt, Barthélémy "Charles"
Naissance 5 Place des Cordeliers,Lyon,69
Résidence avant 1845 au 67 quai Bon rencontre,Lyon,69.
Décès : 17 rue Oberkampf,Paris,75011

Retour à la page principale
Bouchacourt, Gabriel seigneur des Thinons
Réside Place des Cordeliers à Lyon avant 1810, 66 quai de Retz à Lyon avant 1843, 67 quai Bon Rencontre à Lyon vers nov 1845.

Retour à la page principale
Podevigne de Grandval (de), "Gabrielle" Joséphine
Armes : "d'or, au chevron de gueules, accompagné d'un raisin de pourpre".

Famille originaire du Cantal aux alentours de Chaudes-Aigues

Retour à la page principale
Carné (de), Louis-Joseph chevalier de l'Ordre de Saint-Louis
Premier lieutenant à bord du Superbe, vaisseau de 70 canons construit en 1738 (capitaine M. de Montalais), coulé lors du combat naval du <a href="%sp==louis;n=de+conflans">maréchal de Conflans</a> contre l'amiral Hawke au large de Quiberon.
Les Cardinaux - 20 novembre 1759 : Hawke poursuit Conflans, par gros temps, au milieu des petits fonds, gros temps qui se change en tempête. Six vaisseaux français sont perdus sur les rochers de l'ile d'Avis dans des circonstances qui donnent encore lieu à polémique. Les Anglais perdent deux vaisseaux. Six autres vaisseaux français, qui ont réussi à se sauver, resteront bloqués jusqu'au début de 1761. 2500 français et 400 anglais périrent lors de ces combats.

Retour à la page principale
Kernafflen de Kergos (de), "Michelle" Marie Mathilde
Armes : "dâazur à une croix dâor, chargée de cinq fleurs de lis de gueules, et cantonnée au 1 et 4 dâun croissant dâargent, et au 2 et 3 dâune étoile dâor"

Retour à la page principale
Carné Carnavalet (de), "Perrine" Corentine Marie
Elève de la Maison Royale de Saint-Louis à Saint-Cyr
http://www.cg78.fr/archives/expo/Listedem/alpha.htm
http://www.cg78.fr/archives/expo/Listedem/frame_dep.htm

Retour à la page principale
Carné Carnavalet (de), Louis-Marie baron de l'Empire
A participé à la guerre d'indépendance d'Amérique. (note Bertrand de C.C.-fév 2004).
Garde de la marine en 1762, major de vaisseau en 1786, capitaine de vaisseau en 1814, il a été sous préfet de Brest. Sert sur le Dauphin Royal, est au siège de Savannah pendant la guerre d'indépendance américaine, blessé à la Grenade (1778-81). Sur l'Invincible (1782-83) participe au combat de la Motte-Picquet contre Howe, puis sur l'Andromaque. Chevalier de Saint-Louis en 1780.
(Les officiers de marine aux Cincinnati, Christian de la Jonquière, 1988). (note reprise sur roglo/R.du Mas de Paysac).

Armes de baron d'empire : "d'or à deux fasces de gueules ; au comble d'azur chargé d'une ancre en barre et d'un tube de canon d'argent en bande passés en sautoir, traversés en pal d'une flamme d'argent attachée à un baton d'or : franc-quartier des barons sous-préfets brochant au neuvième de l'écu, et pour livrées : les couleurs de l'écu".

Retour à la page principale
Ameline de Cadeville, "Louis" Marie Jacques Prosper comte Ameline de Cadeville
Armes : "de gueules à trois bandes d'argent, à la fasce d'azur, chargée d'un soleil d'or".

Retour à la page principale
Kernafflen de Treyer (de), Corentin-Philippe écuyer
Le manoir de Tréguer (XVème siècle) à Pluguffan, mentionné en 1441, est, en 1536, la propriété du seigneur de Trémillec, puis de la famille de Kernafflen de Kergos (au XVIIIème siècle). Source : http://frey-roger.ifrance.com/frey-roger/pluguffan.htm.

Retour à la page principale
Carné (de), Corentin chevalier
Fermier-général des terres et seigneuries du Châtel, Keroual et Mesnoalet en 1729.

Retour à la page principale
Guermeur (du), Marie-Françoise
Guermeur ou Kermeur : Sr. de Penancleuz (Lambézellec), aujourd'hui Pen ar c'hleuz.
Cette famille possède également les terres de Guermeur (Plourin).
Les Guermeur sont présents aux réformations et montres de 1426 à 1534, dans les dites paroisses.
Armes : "fascé d'or et de gueules, qui est du Chastel, la première fasce de gueules chargée d'une molette d'or".
Décès : 1742, partage fait sous seings privés le 16 septembre 1742 entre ses trois enfants.

Retour à la page principale
Rebotier (de), Elie
Emigra en 1700, s'établit en Angleterre en 1701. Pasteur à Axbridge (Somerset)

Retour à la page principale
Veillon, Christian Jean "François"
Etudes à l'académie de Lausanne, doctorat en droit. Avocat à Roche, puis à Bex. Juge, puis, de 1829 à 1833, président du tribunal de district d'Aigle. Juge au tribunal d'appel (1833-1842). Préfet du district d'Aigle (1842-1859). Député au Grand Conseil vaudois (1831-1833 et 1843-1851) et à la Constituante (1831), V. est l'auteur en 1831 de l'amendement qui limite à deux le nombre de conseillers d'Etat par district. Conseiller national radical (1848-1851). Lieutenant-colonel, commandant d'arrondissement à Aigle.

Retour à la page principale
Veillon, "Charles" Louis Albert
Etudes de droit à l'académie de Lausanne. Avocat en 1836. Substitut du procureur général du canton de Vaud (1837). Député au Grand Conseil vaudois (1836-1862). Après la Révolution radicale de 1845, V. est élu au gouvernement provisoire, puis au Conseil d'Etat. Victime de la chute du gouvernement de Louis-Henri Delarageaz, auquel il était resté fidèle, il n'est pas réélu en 1862. Colonel fédéral EMG (1847), chef d'état-major de la 1re division durant la guerre du Sonderbund, colonel divisionnaire (1856). Chef d'arme de l'infanterie vaudoise (1862-1869). Bellettrien (1826), Zofingien (1826).

Retour à la page principale
Loës (de), Jean-François
Selon http://www.ancetres.ch/cvg02/cvg025/1803/1803a.html, un Jean François de Loës (1738-1808) a été député de Suisse en 1803. Est-ce le même ? Un Philippe de Loës a été candidat également.

Retour à la page principale
Veillon, Gabriel-Isaac
Installé à Nice vers 1782 comme négociant (commerce de grains et banque), protestant, il est partisan de la Révolution française.
Après la prise de Nice par le général dâAnselme, en 1792, il est nommé membre de la commission municipale provisoire, puis est élu député des Alpes-Maritimes à la Convention. Câest en tant que tel quâil demande, avec Jean Dominique Blanqui, la réunion du comté de Nice à la France. Après la restitution de Nice au Piémont-Sardaigne, il se retire ensuite en Suisse.
(notes wikipedia)

Retour à la page principale
Carné (de), Alain chevalier
Fit une fondation à la chapelle St Philippe de Vannes en 1203.

Les générations antérieures sont issues des "Dossiers bleus" de la BNF.

Retour à la page principale
Carné (de), "Olivier" ou François
Son nom et ses armes figurent dans la Salle des Croisades à Versailles

Retour à la page principale
Poutet de Vitrange (de), Louise "Pauline"
Décédée le 24 janvier 1861 à Metz selon P.Ract Madoux/RP de Lorraine.

Retour à la page principale
Derouyère, Delphine
Admise comme élève le 25 janvier 1822 dans la maison royale de Saint Denis.
Mineure lors de la publication des bans de mariage les 9 et 16 octobre 1831, domiciliée à Vignes à cette époque.

Retour à la page principale
Poutet de Vitrange (de), Henri-Jacques baron de Poutet
Avocat au Parlement de Metz le 3.12.1761 et conseiller audit Parlement le 19.3.1764, Maître échevin en 1780/83, député de la noblesse aux Etats Généraux de la généralité de Metz en 1789,
Maire de Metz l'année suivante puis procureur syndic près le conseil du département, guillotiné à Paris.

Retour à la page principale
Montaignac de Chauvance (de), Alexandre chevalier de Saint-Louis
chevalier de malte, non profès. 19ème de son nom. propriétaire des terres et châteaux de Saint-Sandoux, la Couture et Entraigues.

Retour à la page principale
Montaignac (de), Amable Gaspard chevalier
page du Roi <a href="%sp=louis;n=de+bourbon;oc=14">Louis XIV</a> en 1702, en sa grande écurie.

Retour à la page principale
Martin-Duclaux, Pierre
Abandon de la particule, son frère ayant été guillotiné à Lyon par la Terreur.
Administrateur de l'aumône générale (Hôpital de la Charité)
Captivité entre 1808 et aout 1809 à Barcelone, Internement pour démence 21 septembre 1809 à l'Asile des bains romains à Lyon, Interdiction 4 juillet 1810 par le Tribunal d'instance de Lyon.

Retour à la page principale
Martin-Duclaux, Antoine Louis
Ses eaux-fortes représentent des animaux et sont, avec quelques paysages le meilleur de son oeuvre. Il signait "Duclaux", et plus souvent "A. Duclaux" ou "A.D.3" en monogramme

Retour à la page principale
Martin du Claux (de), "Pierre" de Lyon châtelain de Beaumont
Châtelain royal du mandement de Beaumont en Dauphiné , membre de la Chambre de commerce et Communauté de marchands de Lyon.

Retour à la page principale
Vincent de Thomassin, "Jeanne"-Marie
Testament en juin 1785 à Chalon-sur-Saône (71), réside après 1798 au 21 place de la Liberté à Lyon

Retour à la page principale
Martin du Claux (de), Pierre châtelain de Beaumont
Bourgeois de St Pierre de Méaroz, puis Capitaine et Châtelain Royal du mandement de Beaumont, près de Gap en 1697.

Retour à la page principale
Wafflart, Marie Angélique
décédée le 11 vendémiaire an XIII. (an 13 et pas 11 selon Alain Cornut-Gentille [2002-02].)

Retour à la page principale
Joriaux, "François" Jacques
Tuteur de Louis Pierre Charles Joriaux son cousin germain.
Auteur de la branche de Lisieux encore représentée en 1904.

Retour à la page principale
Pérouse, "Joseph" Marie sieur de La Gourdonnière
Décès : "à Collonges, sur les bords de la Saône, dans sa propriété de la Pelonnière", donc Collonges-au-Mont-d'Or.
Fabricant de chapeaux de paille à Marseille, quai Monsieur, dès l'âge de 20 ans, il fut désigné lors de la Terreur pour siéger au Comité général de salut public contre la Convention le 13 mai 1793. Le 25 août 1793, les troupes de la Convention entrèrent dans Marseille vaincue et les membres du Comité qu'on put saisir furent exécutés.
Joseph se réfugia à Trieste, d'où il revint le 1er juin 1795 en demandant sa radiation de la liste des émigrés. Lors d'un voyage à Paris le 25 décembre 1795, il fut néanmoins arrêté et emprisonné jusqu'au mois d'août 1796. Il s'installa alors au Péage, puis après son mariage en 1798 à Lyon où il repris son métier de fabricant de chapeaux, au 7 de la rue Saint-Joseph, jusqu'en 1822.

Retour à la page principale
Pérouse, "Laurent" Lambert maire de Roussillon
Lieutenant de milices au bataillon de Valence lors de la guerre de Succession d'Autriche. Il est un des trois Pérouse qui, selon la tradition de la famille, se trouvaient à Fontenoy.
Dès la fin de la guerre, il se consacre à l'administration de ses nombreux domaines sur les communes de Roussillon, du Péage, de Salaise, de Chanas et de Saint-Rambert-d'Albon. Propriétaire du domaine du Périer, du mas de La Combe...
Plusieurs fois maire de Roussillon.

Retour à la page principale
Pérouse, Joseph
possède des terres et immeubles sur les communes de Roussillon, du Péage, de Salaise, de Chanas, de Saint-Rambert-d'Albon.

Retour à la page principale
Carné (de), René seigneur de Bléheban
Bléheban, Caden (56) : paroisse mentionnée dans le cartulaire de Redon en 991. (photo : manoir du Bléheban)

Retour à la page principale
Corno (de), Julienne dame de Trémelgon
On trouve à Ambon (56) l'ancienne seigneurie de Trémelgon ayant appartenu successivement aux familles Penoulzo (ou Pembulzo), Gourvinec et Carné. Les vestiges de l'ancien château de Trémelgon étaient encore visibles en 1891 (cf Roger Frey).

Retour à la page principale
Peschart, Suzanne
Peschart : évêché de Saint-Malo. de gueules à la bande d'or, chargé de trois roses d'azur et accosté de quatres chouettes d'argent en 2 et 2.

Retour à la page principale
Carné (de), Jérome chevalier de l'Ordre de Saint-Michel
Gouverneur de Guérande le 15 septembre 1547. Présent à la montre de Quiberon, le 15 juin 1553. Lieutenant du Roi à Brest le 15 juin 1553. Maitre d'hôtel héréditaire de Bretagne. Vice-amiral de Bretagne. Commandant de la noblesse du ban et de l'arrière-ban de l'évéché de Vannes. Repoussa l'attaque des Anglais contre Brest en 1558. Gouverneur de Brest en 1566. Lieutenant-général du Roi au Gouvernement de Bretagne en 1576. Chevalier de l'Ordre de Saint-Michel. Le roi Charles IX lui accorda le 7 octobre 1570 une gratification de 12000 livres pour services rendus.
Créateur des Foires de Questembert et de ses célèbres halles en 1552.

Retour à la page principale
Kerloaguen (de), Adelice dame de Kermellec
Gaspern, en Plougonven - évéché de Dol et de Tréguier. d'argent à l'aigle éployé de sable, becqué et membré de gueules.

Retour à la page principale